Véhicule 4x4 Protection Civile des Vosges

Au coeur de sa région

La Protection Civile des Vosges est un acteur incontournable des secours au sein de sa région....

Dispositif Prévisionnel de Secours

Nous réalisons votre dispositif prévisionnel de secours. Vélo, Moto, Trial, Rallye, Concert, nous...

Formations

Nous formons aux gestes de secours grand public, en entreprise, et spécialisés.

Le rendez-vous avait été donné sur le parking du centre de secours de Raon-aux-Bois ce vendredi soir. Elles avaient prévu de partir à 20 h 15. L’horaire a été respecté à la minute près.

Quinze personnes de la Protection civile vosgienne sont parties à Nemours, la ville de Seine-et-Marne touchée par les crues de la Seine, pour renforcer les équipes de secours déjà en place.

« Nous partons avec nos confrères de Moselle. Ceux de Meurthe-et-Moselle sont déjà là-bas », explique Jean-Christophe Roussel, le président départemental.

Leur mission : du secours à la personne, de l’hébergement en urgence, du soutien aux populations sinistrées. Comme les autres Protections civiles des départements français, « Nous sommes en alerte depuis mercredi. Trente-cinq personnes sont prêtes à partir. Pour le moment, on a privilégié des départs différés pour pouvoir tenir dans la durée », ajoute le président vosgien.

« Cette équipe part pour sept jours. Elle reviendra jeudi et sera relevée par d’autres personnes. »
« Sur la route d’une aventure humaine »

La protection civile vosgienne sera à Nemours tant qu’il y aura des besoins. « Le but n’étant pas d’y aller en action coup de poing. Des familles qui ont tout perdu ont besoin de soutien, d’un accompagnement psychologique. »

L’équipe vosgienne sera là où il y aura le plus de besoins. Elle est composée de bénévoles chevronnés qui s’entraînent toute l’année pour ce type d’action.

Emmanuelle Clevy, la chef de détachement, aura pour « rôle de faire le lien avec Jean-Christophe Roussel. De suivre les actions de mon équipe et la soutenir. »

Sur le point de partir, il y a deux sapeurs-pompiers. Denis Bégin, un capitaine en retraite, l’ex-chef de centre de Châtel-sur-Moselle. Un vieux de la vieille : « Je suis déjà parti en mission à trois reprises en Bretagne ; c’était pour Erika » (le pétrolier qui a fait naufrage en 1999, NDLR). Et Hakim Amm, pompier volontaire à Remiremont. « Je me suis retiré de mes obligations professionnelles pour pouvoir partir. » Sans oublier des jeunes gens en service civique.

Des petits nouveaux qui appréhendent « beaucoup de ce qui [les] attend. De ce qu’il va se passer ». A l’image de Bryan Schilhaneck et Cassandra Lemercier. Ils sont partis à l’heure vers Nemours, en convoi, avec un mini-bus, un véhicule de secours et un de logistique équipé de tout ce qu’il faut pour des missions de ce style. Un trajet qu’ils ont estimé à 4 h 30. Sur la route d’une aventure humaine à part entière.

Laurence MUNIER - Vosges Matin